Pourquoi est-il si difficile de profiter de la beauté lorsque vous n'êtes pas binaire ? — 2022

Illustré par Bee Illustrates En tant que personne non binaire - quelqu'un qui ne s'identifie pas comme homme ou femme - ma relation avec la beauté a toujours été une bataille de ne jamais s'intégrer (ni vouloir). En grandissant, j'étais un brun maladroit enfant emo dans un corps dont je n'étais pas sûr qu'il soit le mien. J'ai enfilé une coupe de cheveux agitée d'Avril Lavigne et un eye-liner noir taché pour m'éloigner de l'idée assignée de la féminité que la société m'avait attribuée à moi et à mon vagin. Bientôt, la beauté alternative est devenue un réconfort et m'a permis de rejeter les idéaux très « girly girl ». Mais j'ai souvent pensé, Combien d'obstacles puis-je créer pour m'aider à fuir le statut de fille avant d'admettre que je ne veux pas l'être ? PublicitéPour moi, le maquillage a été un refuge pour expérimenter l'expression de genre. Je pouvais tester les eaux de la masculinité et de la féminité, sachant que si je ne l'aimais pas, je pouvais simplement l'effacer. Mais l'industrie de la beauté – comment elle est commercialisée et annoncée, sans parler de la façon dont les marques répondent aux besoins des « femmes » ou des « hommes » – a du mal à rattraper la compréhension générale de la fluidité des genres. Nous avons toujours vécu dans un monde binaire et bien que la beauté se soit positionnée comme un espace inclusif, des notions inconscientes de genre imprègnent : si vous portez du maquillage, vous êtes une femme, et si vous êtes rauque et poilu, vous êtes un homme. . Ces idées gardent la façon dont nous naviguons dans les cheveux et le maquillage du passé. Artiste de traînée Effy Raine dit qu'ils se trompent instantanément s'ils sont maquillés. 'C'est vraiment épuisant non seulement d'être mal sexuel', dit Effy, 'mais de voir comment les autres réagissent face aux personnes maquillées qui présentent des hommes. Ils assument la sexualité et le genre uniquement sur cela. Lauren, directrice des opérations junior du magazine Cambra, partage la frustration d'Effy. En fait, la façon dont ils se coiffent et se maquillent pendant la pandémie a changé en conséquence. Lauren dit: 'J'opte pour des couleurs plus douces parce que cela semble beaucoup plus expressif entre les sexes que de porter du rose, ce que j'aurais probablement fait avant.' Lauren poursuit: 'Je l'ai beaucoup réduit juste pour essayer d'éviter tout le truc' elle '. Beaucoup de gens pensent que si vous vous maquillez, vous êtes une femme. C'est toujours très noir et blanc pour les gens et il y a une idée fausse selon laquelle parce que vous ne vous identifiez pas en tant que femme, c'est parce que vous vous identifiez en tant qu'homme ; il n'y a pas d'entre-deux. Vous arrivez à un point où vous vous maquillez et attendez que quelqu'un dise : 'Oh, je pensais que tu étais plus un homme'. Je n'ai jamais été très féminine au départ, alors maintenant je suis encore plus consciente de [mes cheveux et mon maquillage].'Publicité

J'ai coupé mon maquillage pour essayer d'éviter tout ce qu'il y a de « elle ». Beaucoup de gens pensent que si vous vous maquillez, vous êtes une femme. Il n'y a pas d'entre-deux.



lAUREN Il n'y a pas que des individus ; l'industrie de la beauté a beaucoup à répondre, car elle fait défaut aux personnes non binaires en nous laissant complètement en dehors de la conversation. Bien sûr, le monde du maquillage embrasse les entrepreneurs maquilleurs en ligne comme YouTuber trans Tutoriels Nikkie et YouTuber ouvertement gay Rocher Bretman , par exemple. Mais l'industrie fonctionne toujours strictement dans le cadre des concepts de genre, qui se répercutent sur la société au sens large et sur la façon dont les individus perçoivent les personnes non binaires qui s'intéressent à la beauté. Pensez aux rasoirs « hommes » et « femmes », aux soins de la peau « pour les hommes » ou aux emballages de produits comportant uniquement des modèles masculins ou féminins. Même lorsque les marques aspirent à l'inclusivité, la communauté n'accueille pas toujours le changement. La ligne sanitaire de Superdrug pour les «personnes qui ont leurs règles» a rencontré un tempête de contrecoup en ligne de commentateurs transphobes affirmant que la marque était ' effacement ' femmes. Jack Olivier , un récent concurrent sur BBC Three's Briller (et l'un des premiers participants ouvertement non binaires à utiliser les pronoms them/them), explique que même en 2021, l'industrie de la beauté s'adresse encore principalement à un groupe genré. « Une grande partie de l'industrie est dirigée vers un seul public », dit Jack, soulevant un point important : toutes les personnes non binaires en ont assez de la question : « Mais vous ne voir non binaire ?' De même, Lauren dit qu'ils ne sont pas complètement androgynes, mais c'est ce que certaines personnes ont tendance à croire au sujet du fait d'être non binaires. 'Beaucoup de gens me disent:' Je vous regarde et je ne peux pas dire [que vous n'êtes pas binaire] immédiatement ', explique Lauren. Pour Lauren, cela se traduit par l'expérimentation de la beauté et la recherche d'un look « correct ». 'C'est pour que les gens ne pensent pas que vous êtes dans un sens ou dans l'autre', disent-ils. « Vous ne pouvez jamais gagner. Même quand j'avais les cheveux bleus l'année dernière, il n'y avait jamais eu de question dans l'esprit des gens. Nous devons dépasser l'idée de « je vois, donc je connais la réponse » [en ce qui concerne le sexe de quelqu'un]. Je préfère que quelqu'un me demande plutôt que de dire : « Oh, vous avez les cheveux et les seins roses et vous portez de l'eye-liner, donc vous êtes évidemment une femme ». Génétiquement, oui, mais ce n'est pas mon identité. Je pense que c'est ce dont les gens ont besoin pour se séparer.Publicité'Tu n'as pas l'air non binaire' est une phrase incontournable qui a hanté ma carrière de journaliste. Les trolls inonderont mes mentions en disant que je revendique faussement le titre non binaire parce qu'un manque de représentation dans les médias grand public a laissé très peu à l'imagination des personnes cisgenres. Je veux que les choses soient claires : être non binaire est une identité de genre ; c'est ce que vous ressentez à l'intérieur de vous-même et de votre place dans le monde. On ne se contente pas de mettre des salopettes, de se couper les cheveux courts et de boum : crise des genres. J'aime la couleur rose et je la porte souvent, mais cela ne signifie pas automatiquement que je m'identifie comme une fille.

L'objectif de l'industrie de la beauté est de vous faire sentir « jolie » et pour une raison quelconque, leur idée de la beauté est féminine [...] Je trouve cela très amusant et relaxant, mais la façon dont les gens me perçoivent me semble très mauvaise.

Kellin En conséquence, de nombreuses personnes non binaires se retrouvent dans le terrier du lapin du syndrome de l'imposteur, doutant constamment qu'elles soient « vraiment » non binaires, tout cela parce qu'elles apprécient toujours les choses qui sont traditionnellement attribuées à un genre spécifique. La beauté, en particulier le maquillage, est l'une de ces choses. « J'ai vraiment l'impression d'être dans un état constant de doute chronique à cause de mon intérêt pour la beauté », déclare l'amateur de maquillage Les . 'Il peut être difficile pour les personnes présentant des femmes de s'intéresser à la beauté, car elle cible spécifiquement les femmes, et ce depuis des siècles.' Lauren trouve également la navigation ennuyeuse. «Plus mes cheveux sont longs, plus cela me rend apparemment féminine. Mais plus mes cheveux sont courts, plus cela me rend masculin. Vous ne pouvez jamais bien faire les choses ou être ce que les gens pensent que vous serez. Il est facile de pointer du doigt les marques de produits de beauté à plusieurs milliards de dollars, mais comme l'explique Effy, même lorsque des efforts sont déployés en faveur de l'inclusivité, nos communautés « inclusives » sont souvent les endroits les plus dangereux. Se référant à l'intersection de la beauté avec les normes de genre, Effy déclare : ' C'est enraciné à un si jeune âge. Vous voyez des parents empêcher leurs enfants de jouer avec le maquillage parce qu'il a des nuances féminines. Le changement doit commencer à la maison. Effy a raison. Des ménages aux magasins de beauté, nous devons nous tenir responsables et reconnaître que l'infrastructure de l'industrie n'a pas été conçue pour l'inclusion des genres. Un excellent exemple est YouTuber Tutoriels Nikkie , qui est sorti en tant que trans à 13,5 millions d'abonnés en janvier 2020. Bien que rencontrée avec une quantité d'amour écrasante, la vidéo de sortie de Nikkie (qui a maintenant accumulé 37 millions de vues) a été bombardée de milliers d'aversions et de commentaires haineux - y compris de Employé trop face Lisa Blandino , qui se moquait de la star. Lisa a finalement été licenciée de l'entreprise. TikToker et propriétaire de petite entreprise Kellin détaille leur relation compliquée avec la beauté. Ils expliquent qu'en créant leur propre palette de fards à paupières, ils se sont rendu compte que beaucoup de produits de maquillage et de soin de la peau se féminisent. « L'objectif [de l'industrie de la beauté] est de vous faire sentir « jolie » et pour une raison quelconque, leur idée de la jolie est féminine. Je ne porte plus de maquillage ou de perruques aussi souvent qu'avant. Au fur et à mesure que je deviens plus à l'aise dans ma masculinité et plus dysphorique dans ma féminité, je m'exclus de la beauté. Je trouve cela très amusant et relaxant, mais la façon dont les gens me perçoivent est très mauvaise. Bien que cela puisse sembler un défi de changer les perceptions des gens, Effy dit que la publicité et le marketing de la beauté ont parcouru un long chemin en termes de défense de la neutralité. « Mis à part le maquillage des pharmacies, nous assistons à un changement d'emballage (par rapport à quand j'étais plus jeune, où il y avait des emballages roses, floraux et généralement « femme »). C'est agréable de voir beaucoup de marques opter pour des emballages neutres maintenant. Cela a même l'air plus professionnel dans un environnement industriel où les maquilleurs maquilleront tout le monde. Pour les personnes cisgenres, être non binaire peut être un concept accablant à saisir. Beaucoup d'entre nous ont toujours connu un monde en deux parties, il est donc difficile de comprendre quoi que ce soit au-delà de cela. Lentement mais sûrement, cependant, la société se libère des limites des rôles de genre – et la façon dont nous percevons la beauté doit également changer. Les marques doivent adopter l'inclusivité mais nous devons également regarder au sein de nos communautés et créer des espaces sûrs pour que les personnes non binaires puissent jouer et expérimenter dans le monde de la coiffure et du maquillage sans jugement.